samedi 7 mai 2016

Point D’INTEROXCLAMATION ( Khalid EL Morabethi )


Point D’INTEROXCLAMATION
Un singe enrhumé touche le fond de la chose et devient lucide,
Il touche la chose mais ça sent le vide,
C’est vide,
C’est un sens dĂ©formĂ© par l’usure, par son miroir, par ses rides,
C’est vide,
C’est fatiguant,
C’est rĂ©pĂ©titif, 
C’est la mĂ©moire qui regarde ces cernes sous ses yeux, quotidiennement,
C’est vide, c’est fatiguant mais faut s’occuper,
La mĂ©moire s’occupe Ă  regarder ses yeux afin de sentir tout au fond ses cris silencieux,
La mĂ©moire s’occupe Ă  chercher comment se nourrir de sa propre haine et sentir ses cris silencieux,
La mĂ©moire s’occupe Ă  chercher la figure, Ă  chercher le pĂšre aux mains dures, Ă  chercher les cris silencieux,
La mĂ©moire s’occupe Ă  entendre la bĂȘte qui porte le cƓur Ă  deux mains, elle s’occupe Ă  l’entendre gĂ©mir, crier et dire.
C’est rĂ©pĂ©titif,
C’est fatiguant, c’est vide…
C’est fatiguant, c’est vide…
C’est fatiguant, c’est un singe qui devient lion puis homme stupide.                                  

Point D’INTEROXCLAMATION
Un point et un vice,
Un point froid et une virgule spectatrice,  
Un point sclĂ©rosĂ© et une existence fatigante, rĂ©pĂ©titive et ivre d’un vertige,
Des points sur le cou, sur les yeux, les vases, les mains, le dos et la gorge du poisson,
Des points sur les pieds, la mĂ©moire, les doigts, le verre d’eau et le poison,
C’est rĂ©pĂ©titif, c’est fatiguant,
C’est rĂ©pĂ©titif… sans sens,
C’est rĂ©pĂ©titif… c’est un homme qui redevient un point puis un hibou qui pense,
C’est rĂ©pĂ©titif, dit le frappeur,
C’est rĂ©pĂ©titif, dit la peur,
C’est rĂ©pĂ©titif, dit le hibou qu’Ă  la fin, il meurt.

Point D’INTEROXCLAMATION
Un point et un tueur,
Un point froid et un sens incompris qu’au final, il n’est que simple spectateur.


Khalid EL Morabethi

Tous droits réservés