dimanche 25 septembre 2016

M ( Khalid EL Morabethi )



M
Miroir, miroir, miroir regarde l’animal à trois têtes et qui a 5 doigts,
Il mange avec ses doigts, l’animal fait du bruit quand il mange avec ses doigts,
Des doigts qui bougent, des doigts qui avalent les mouches, des doigts qui avalent peu à peu la lune,
La lumière part
Une autre histoire du monstre voleur de dents et du sommeil chaque soir
Le cœur devient noir
Les ongles salissent les mouchoirs
Il entre
Il sort
Putain de merde, de bordel, de saloperie de conard
Il fume trois cigares
Et il mange…
Il mange avec ses doigts 
Doigts, doigts, doigts, doigts, foi, choix, quoi, doigts de monstre
Monstre, monstre, monstre qui chauffe les poumons et qui entre…
Qui entre tout au fond du ventre,
Et ça chauffe
M, ça chauffe
M
Monstre dit les serments
Miroir, miroir, miroir regarde la bouche de l’animal, il ne fait pas du mal, c’est juste qu’il s’est arrêté de faire du bien, un animal qui mange avec ses doigts en paix et qui fait du bruit en paix.
Il se réveille et sort en paix, vers six heures du soir il revient en paix et il dit qu’il est fatigué et s’assoit en paix, il regarde la lune qui se mange par des doigts incontrôlables, il boit de l’eau et dort en paix.
M
Moment
Un moment calme M, M, M
M, l’animal crée le silence,
Il tousse puis silence
Faut se taire, peut-être
Peut-être, faut que ça revienne au centre
Et à part le cœur qui bat encore, il ne faut rien entendre,
Et à part le cœur qui bat encore, faut qu’une petite menace sorte,
Et à part le cœur qui bat encore, faut que la bête sorte,
Et à part le cœur qui bat encore, faut faire du sacrifice,
Et à part le cœur qui bat encore,  faut que l’animal mange son fils, pour faire naitre un autre vice, pour que ça choque tout le monde.
M
Mot
Mort
Magnifique
Merveilleux choc
Faut que ça choque
M.

Khalid EL Morabethi

Tous droits réservés

2 commentaires:

  1. Parfois, je ne comprends rien à ce qui se passe dans ma tête.
    Je me demande pourquoi je ne peux pas détester ce texte qui ne parle que d'un monde de laideur où vit un monstre trop paresseux pour faire du mal ? Un monstre qui n'est pas suffisamment civilisé pour savoir manger avec une fourchette et un couteau. Et puis, je déteste ses doigts horribles avec des ongles qui auraient été refusés par toutes les manucures.

    Ce Mister Monstre me fait peur !
    Et pourtant, je ne peux pas détester ce texte bien que je regrette cette phrase avec des mots très indélicats qui me gênent sans me choquer.

    RépondreSupprimer
  2. C'est du théâtre, et du théâtre grandiose, mythologique. Le tragique amené par les sauts d'angle de point de vue.
    Merci Khalid

    RépondreSupprimer