dimanche 20 septembre 2015

Misérable, Misérable, Misérable ... ( Khalid EL Morabethi )



MisĂ©rable monstre invisible qui trouble mon sommeil !
Il me parle de ses sentiments avec profondeur,
Il me parle de son misĂ©rable cƓur,
De son jardin brĂ»lĂ©, de sa maison habitĂ©e par d’autres, ses fleurs rouges qui poussent au printemps. Ses misĂ©rables fleurs, misĂ©rables couleurs, misĂ©rables douleurs, misĂ©rables odeurs.
Il me parle de la réalité et son ombre penseur,
Il me parle et je le sens prĂšs de moi,
Il me chuchote qu’il a peur,
Qu’il ne veut pas s’en aller. Il ne peut pas, il ne veut pas sortir, voler, partir, disparaĂźtre,
Je le sens, me regardant, me pĂ©nĂ©trant dans mon ĂȘtre,
Misérable, Misérable, Misérable,
Monstre perdu,
Misérable trouble inconnu,
Il me chuchote Ă  l’oreille droite que sa peine est immense, que cette odeur de pourriture est de son corps, que son Ăąme est misĂ©rablement morte,
Que son cƓur est en bĂ©ton armĂ©,
Que son cƓur est en bĂ©ton armĂ©,
Que son cƓur est en bĂ©ton armĂ© mais cela n’empĂȘche pas Ă  une misĂ©rable fleur rouge de pousser, vivre, grandir, cela n’empĂȘche pas de l’aimer, de lui sourire, de la sentir.
Misérable, Misérable,
MisĂ©rables mains, misĂ©rables yeux, misĂ©rable mĂ©lange entre la colĂšre et les larmes, entre la vengeance et la crainte, entre la haine et le silence, entre la faiblesse et l’envie de tout dĂ©foncer sans savoir par oĂč commencer.
MisĂ©rablement il s’Ă©loigne de moi peut-ĂȘtre et il crie qu’il faut commencer par Ă©crire des mots vides avec un sens, qu’il faut dĂ©truire le tic et le toc, qu’il faut que je lui raconte des histoires qui parlent d’espoir.
Le vase tombe,
Une seconde silencieuse,
Un flop,
Une autre seconde silencieuse,
Un flop,
Puis je le sens s’asseoir prĂšs de moi et il me dit qu’il faut tenir encore, qu’il faut qu’il meure sans souffrance, qu’il faut que je joue encore le rĂŽle du misĂ©rable Sisyphe,
Misérable, Misérable,
Misérable monstre,
Misérable minute, misérable montre,
MisĂ©rable porte qui s’ouvre et se ferme tristement,
MisĂ©rable inconnu qui m’a parlĂ© sans le voir pendant tout ce temps,
Misérable question,
Misérable silence,
Misérable Absence.

Misérable, Misérable, Misérable.

Khalid EL Morabethi


Tous droits réservés