dimanche 21 septembre 2014

Hier , le ciel a été vert , ( Khalid EL Morabethi )


Hier
Le ciel a été vert,
Il est jaune, aujourd’hui,
Hier, la pluie n’a pas voulu tomber,
Même si les nuages l'ont priée,
Même si la terre vendue, l’a suppliée
Et Le soleil bleu, le roi ne parle plus
Depuis  longtemps déjà,
Les étoiles qui apparaissaient pendant le jour,
Savaient pourquoi,
Ils savaient.
Hier
La lune rouge, vêtue d’une longue robe blanche,
Déambula dans la ville sombre et silencieuse,
Chercha tout ce qui pouvait lui permettre de continuer d’être lumineuse,
Tout ce qui pouvait lui permettre d’être merveilleuse.
Hier soir,
L’oublie ivre avec un sourire charmeur,
A regardé la lune et le peu de magie et sa douceur,
Il a pu lui dire qu’elle brille encore,
Il a eu le courage de lui dire qu’elle pouvait briller plus fort,
Il a mis sa main sur son cœur, sans perdre l’équilibre,
Et il est parti.
Hier,
Plus loin des explosions et des cimetières,
Plus loin des soldats zombie et leurs cris qui polluent l’air,
Loin des pressions qui s’accentuent,
Loin des maisons ou les frères s’entretuent,
Trop loin,
Derrière,
Le vend était taiseux,
Les arbres à feuille caduques se regardaient,
L’espoir essayait d’ouvrir ses yeux,
Derrière les montagnes,
Gavroche,
A en fin vu, la Pureté,
Elle a perdu la mémoire, jusqu'à oublier sa perfection,
Jusqu'à oublier, que son cœur violet, avait des sentiments,
Mais la présence d’une âme naïve,
Lui a donné la force de prendre son oud,
Et pour  la première fois, le rythme se joue,
Et pour la première fois,
L’homme entend à part la colère de la terre, un chant doux.

Khalid EL Morabethi

Tous droits réservés

2 commentaires:

  1. Poème dont les images sont fortes, où l'espoir est plus puissant que la violence. J'apprécie aussi l'hermétisme (pour moi) de certains vers (le roi, l'oubli dont le rôle exact m'échappe par exemple). Pourtant quelques lourdeurs dans l'écriture, à mon sens, viennent décridibiliser votre poème :
    "Les étoiles qui apparaissaient pendant le jour," pourrait être à allégé en "les étoiles de jour".

    RépondreSupprimer
  2. Votre texte a des aspects poétiques singuliers et attachants.
    Mais Il y a quand même des erreurs de construction syntaxique:
    "Chercha tout ce qui peut la permettre de continuer d’être lumineuse,
    Tout ce qui peut la permettre d’être merveilleuse."
    "Et pour premier fois, le rythme se joue,
    Et pour premier fois,
    Il vous appartient à mon avis de corriger ces expressions.
    L’homme entend à part la colère de la terre, un chant doux."
    Ici, l'opposition entre la colère de la terre et le chant doux n'est pas très compréhensible.
    Les retours à la ligne brise la lecture et ne conviennent pas à un texte en prose, ils rompent le rythme naturel et fluide que l'on apprécierait sans ces découpes.
    Ne jetez pas tout c'est un texte qui est à retravailler à mon avis.

    RépondreSupprimer